Archives pour la catégorie Moi…

Mon premier atelier

Moi ce que j’aime c’est écrire. Et comme je n’ai pas une imagination débordante (enfin ça dépend pour quoi) j’aime bien écrire sur moi, d’où la création de ce blog. J’ai donc participé à un atelier d’écriture l’année dernière. Excellent souvenir. Mais mon premier atelier c’était en seconde. En cherchant désespérément quelque chose que j’ai perdu (reportez-vous au post dans lequel je loue les bonne grâces de Saint Antoine de Padoue), je suis tombée sur le brouillon d’un texte que j’avais rendu. 22  mars 2003. Attention séquence nostalgie.

« Le professeur nous a donné une consigne, nous avons le droit de sortir un moment dans la cour pour décrire ce que nous voyons. Alors nous sommes là, assis en ligne sous le préau, avec nos supports sur les genoux. Succédant à une agitation due à un manque d’inspiration, le calme survient peu à peu. On entend le grattement des stylos sur le papier. Quelques uns discutent, échangent leurs idées, tandis que des élèves d’une autre classe parlent de tout et de rien. De temps en temps, l’un d’entre nous lève la tête pour demander conseil. Il fait frais dehors, mais il n’y a pas de vent. Juste une légère brise soulevant au passage les feuilles que nous devons retenir pour qu’elles ne s’envolent pas. Dans le bâtiment d’en face, on peut voir, par les fenêtres ouvertes, d’autres élèves qui travaillent, ainsi que des professeurs occupés à faire leur cours. Cela fait un certain temps que nous sommes là et, au goutte à goutte, les élèves commencent à repartir vers la classe. »

Bon, c’est un peu parler pour ne rien dire, mais quand même j’aime bien. J’aurais bien modifié quelques phrases et changé une ou deux virgules, mais non. Voilà donc mon premier texte d’atelier dans toute son authenticité, n’est-ce pas touchant, je crois que je vais pleurer emoticone

St Antoine de Padoue, rendez-nous ce qui n’est pas à vous !

C’est ce que que disais ma tante Rosa quand elle m’aidait à chercher quelque chose que j’avais perdu. Mouais, sauf que j’attends encore que ça marche. Surtout ce soir. Amateur de jeux vidéos, j’ai fièrement acquis la nintendo ds il y a environ 2 mois. Et il y a 2 jours, j’achetais dans la joie et la bonne humeur « Mario et Luigi, frères du temps ». Je suis en vacances et j’ai donc eu largement le temps de me faire une idée sur le jeu, et même de créer quelques liens émotionnels… C’est pourquoi à cet instant je tiens à communiquer mon désespoir. Ce matin j’ai temporairement posé la toute petite cartouche sur mon lit, me disant « mets la dans la pochette de la ds c’est plus sûr ». Je me maudis encore de ne pas avoir écouté ma bonne conscience. Puisque, au bout de cinq minutes, alors que je venais de terminer mon entraînement cérébral avec ce bon Dr Kawashima, je lève la tête et oh surprise ! Mario et Luigi avaient tout bonnement disparus ! Je sais ce que vous allez dire : « T’as pensé à chercher sous le lit ? « . Pour votre information, j’ai regardé sous le lit au moins trois fois (dont une avec lampe torche), j’ai défait mon lit 2 fois pour être sûre que rien ne s’était faufilé dans les draps. Puis j’ai essayé les autres pièces de la maison (sait-on jamais Mario voulais peut-être montrer à Luigi la jolie Game Boy Micro posée sur la table du salon). Et rien. Au bout d’1h, assistée de ma mère et du jeune et serviable Yanis (n’allez pas croire qu’on garde les enfants des autres pour en faire des esclaves), tout avait été inspecté, et rien n’avait été trouvé. Donc voilà où j’en suis maintenant : « Saint Antoine de Padoue, vous qui voyez tout par la porte et par le petit trou, rendez-nous ce qui n’est pas à vous… bordel ! « 

How he met their mother

Aujourd’hui, je tiens à faire découvrir une série géniale, que tout un chacun devrait connaître. Avec des acteurs pas très connus (pour moi en tout cas), mise à part Alyson Hannigan, révélée dans le rôle de Willow, meilleure amie de la Tueuse de Vampires (comment oublier…) 

22howimetyourmother043.jpg

Bon, en gros, la série s’intitule « How I met your mother », traduisez « Comment j’ai rencontré votre mère ». Comme son nom l’indique, c’est l’histoire d’un père (Ted) qui raconte à ses enfants comment il a rencontré leur mère. Une grosse voix off fait donc office de narrateur pour les aventures du jeune Ted l’architecte (Josh Radnor) et de ses amis : Lily l’instit (Alyson Hannigan), Marshall le futur avocat et fiancé de Lily (Jason Segel), Robin la journaliste tv (Cobie Smulders) et grand amour de Ted (sans être pour autant la mère de ses enfants…) et l’incontournable Barney (Neil Patrick Harris) dont l’activité professionnelle reste assez mystérieuse puisqu’on sait juste qu’il a plein d’argent (un peu comme Chandler dans « Friends »).

La joyeuse bande d’amis new-yorkais reprend vie au travers des souvenirs du « vieux » Ted. Un humour extra, avec une place au romantisme (merci au jeune Ted qui est si fleur bleue). Une série rafraîchissante dans la lignée des sitcoms racontant les péripéties d’une bande d’amis à qui l’on souhaite encore beaucoup de succès.

Rendez-vous dans la rubrique « Regardez » pour découvrir cette merveille..

Je me lance…

… dit-elle sur un ton triomphant, bien qu’empreint d’incertitude. Eh oui un blog, ça fait longtemps que j’y pensais mais comment faire ? Que dire à tous ces internautes qui pour le plupart, soyons lucides, seront des gens que je connais (du moins au début). Bon je pourrais commencer par vous parler de moi : Anne-Laure, ou plus sobrement… Anne-Laure. Eh oui, un prénom composé et pourtant aucun surnom ni diminutif (en tout cas aucun dont je souhaite me vanter emoticone) 22 ans, 2ème année de sciences du langage, en vue de devenir, peut-être, un jour, qui sais, interface de communication en langue des signes française. Késako ? En fait je ne vais pas m’étendre étant donné que je n’ai pas encore commencé les cours (on en reparlera dans quelques temps).

Je n’ai pas de jolie photos de moi toute seule, peut-être parce que je fuis l’objectif de mon paternel en éternuant subitement ou en détournant subtilement l’attention du photographe : oh regarde là-bas ! Georges Brassens ! (oui ça va je sais qu’il est mort, j’y suis pour rien si mon père n’a pas tellement d’affinités avec les chanteurs vivants, pffff de toute façon ça marche jamais…). Vous allez donc devoir attendre que j’ai trouvé une image de moi qui soit à peu près « montrable ». Allez, sans rancune…

Ah oui, le nom du blog, parce qu’il a bien fallu chercher et surtout, trouver un nom. J’ai donc réfléchi, regardé le plafond un moment, me touchant le bout du menton d’un air dubitatif. Finalement, un peu exaspérée par mon manque d’imagination et à deux doigts de l’appeller « Blog de Moi », j’ai pensé à ce que je voulais faire de ce blog, et je me suis dit : bah je ferai de mon mieux. Aussi simple que ça. Donc voilà, Anne-Laure, elle fait de son mieux ! Quant à l’emploi de la troisième personne, ce n’est pas que je me prends pour une reine, mais je ne tenais pas particulièrement à mettre un « je » dans mon titre.

Me voilà donc, avouant devant vous avoir craqué devant ce phénomène qui, à ses débuts, m’a quelque peu déconcertée. Un blog, pour quoi faire ? Pourquoi raconter sa vie ? Tout le monde s’en fout. Bon, je m’y mets quand même, avec un gros train de retard, comme à mon habitude. Oui, parce que je dis toujours : « Tout le monde le fait ? Et beh pas moi ? Nah!  » ou un truc du genre. Mais au bout d’un certain temps je finis toujours par adhérer. Donc, amis bloggeurs, j’adhère à votre communauté… et je tiens à préciser, comme vous pouvez le constater, que je suis assez bavarde. Certains jours moins que d’autres, donc même si y’aura aussi de jolies images, il m’arrivera aussi de monologuer sans fin… Comme on dit, chassez le naturel et il revient au galop!

1...34567

shikamaru |
blog interdit au garcon |
mickael57 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jimcrocodile
| my word
| ddorian