Archive pour février, 2008

La Môme, une frenchie aux Oscars

Magnifique, émouvante, et en plus elle parle très bien anglais. Décidément elle redore vraiment l’image des français cette femme-là ! emoticone Spéciale dédicace à Benoit (je sais pas pourquoi mais j’ai senti comme une petite suggestion dans tes derniers commentaires, enfin je dis ça je dis rien hein…)

Image de prévisualisation YouTube

How I met your mother – Slapsgiving (j’adooore!)

Suite de l’excellent « Slap Bet » de la saison 2, le neuvième épisode de la saison 3 nous montre la troisième baffe de Barney.

Marshall a mis un compte à rebours sur le net (compte à rebours réel sur un site qui existait vraiment^^), Barney dit qu’il s’en fiche mais il finit par craquer sous la pression. J’ai traduit à partir du moment où Barney commence à péter un plomb.

Image de prévisualisation YouTube

Barney : S’il te plaît ne me gifle pas.
Marshall : Quoi ?
B : Ne me gifle pas encore, je ne veux pas être giflé encore, les deux premières fois ont fait trop mal ! Je n’aime pas ça ! Je n’aime pas ça du tout !
M : Je croyais que j’avais tout ruiné en mettant un compte à rebours.
B : Non tu ne l’as pas ruiné, tu l’as rendu encore pire ! Je ne mange plus, je ne dors plus, j’ai perdu 5 kilos, mes costumes sont trop grands (mot pour mot « mes costumes me portent » joli expression ^^) Tu sais quoi ? Je me tire !
M : Non non non tu peux pas partir.
B : Oh si je peux ! Nullepart dans le règlement il est dit que je suis obligé de supporter ce genre de torture mentale ! Tu as le droit de gifler mon visage, mais tu n’as pas le droit de gifler mon esprit !

Plus tard, alors que Lily a interdit les gifles le soir de Thanksgiving, Barney nargue Marshall… encore une fois il a raté une occasion de se taire ^^

Image de prévisualisation YouTube

What is this feeling
That’s put you in your place?
A hot red burning on the side
Of your face.
You feel the blood rush to your cheek,
Tears start to fill your eyes.
Your lips are trembling but you can’t speak
You’re trying, oh you’re trying not to cry.
Ya just got slapped
Across the face my friend.
Ya just got slapped
Yes that really just happened.
Well, everybody saw it, hah
Everybody laughed and clapped.
‘Cause it was awesome.
The way that you just got slapped.

Et la traduction de cette jolie chanson :

Quel est ce sentiment
qui te remet à ta place ?
Un point chaud et rouge sur le côté
de ta face
Tu sens l’afflux de sang dans ta joue
les larmes te montent aux yeux
et tes lèvres tremblent
mais tu ne peux pas parler
Tu essaies
oh tu essaies, de pas pleurer
tu t’es fait claquer
en plein dans la face, mon ami
Tu t’es fait claquer
oui ça vient d’arriver
tout le monde l’a vu
et tout le monde a ri et applaudi
C’était fantastique

La façon dont tu t’es fait claqué.

How I met your mother – « Zip Zip Zip »

Ted sort avec une fille qui préfére attendre « pour ne pas gâcher leur relation en passant trop vite à l’acte », bien sûr il a du mal à tenir et ça fait bien rire les autres (ah les potes toujours sympas^^)

Barney – Ted is with Victoria and he can’t drink.
Robin – …
Barney – Because he’s pregnant.
Robin – …
Barney – Because he’s the girl.
Robin – Oh come on, Ted can’t be pregnant.
Barney – …
Robin – You need to have sex to get pregnant !

*********************

Barney – Ted est avec Victoria et ne peut plus boire.
Robin – …
Barney – Parce qu’il est enceinte.
Robin – …
Barney – Parce que c’est lui la fille.
Robin – Oh arrête, Ted ne peut pas être enceinte.
Barney – …
Robin – Il faut s’envoyer en l’air pour être enceinte !

Dans le doublage c’est le mot « enceint » qui est utilisé, j’ai cherché pour savoir et « enceint » dans ce sens-là n’est pas dans le dico. Et puis je préfère au féminin, c’est plus drôle dans ce passage Clin doeil

Le Sacre de la Nuit

par Louise Cooper – 2006 – 424 pages – 23€

Le Sacre De La Nuit

Foss Agate est un scientifique important, reconnu et respecté par ses pairs. Son ambition est de tout connaître de l’autre monde. Comment les créatures qui y vivent font-elles pour s’aventurer au-delà des frontières ? Pourquoi la lumière leur est-elle insupportable ? Comment se nourrissent – elles ? Lorsqu’un soir Foss assiste, avec ses enfants, à l’arrivée d’une gigantesque créature aux reflets argentés, il n’a plus qu’une idée en tête : capturer son propre specimen afin de mener ses propres expériences, aidé de sa fille aînée, Calliope.

Aaaah, le Sacre de la Nuit… J’en ai lu les 188 premières pages petit à petit, et les 236 autres en une seule traite (ma mère m’a rendue dingue en me hurlant de venir manger 10 pages avant la fin, j’ai jamais fini mon assiette aussi vite).
Difficile de parler de ce livre sans en dire trop. Une histoire mêlant réel et irréel, le côtoiement de deux mondes complètement opposés. Celui du crépuscule : les ombres sont partout et l’air y est glacé; et le nôtre, où règnent la lumière et la chaleur.

L’auteur nous dévoile les pensées des personnages, le récit change constamment de narrateur, si bien qu’à peine a-t-on le temps de se demander « pourquoi? », la réponse nous arrive dans le paragraphe ou le chapitre qui suit. On pourrait dire que c’est trop facile ou monotone pour le lecteur, mais c’est rendu naturel par Louise Cooper, qui maîtrise parfaitement son récit et nous tient en haleine jusqu’au bout.

Ce livre m’a fait passer par toutes les émotions, j’ai vécu chaque instant avec Calliope, sa colère, sa joie, son désespoir… Dans un monde ressemblant au nôtre (à une époque qui n’est pas clairement définie mais qu’on pourrait identifier comme étant le 19ème avec quelques éléments du 20ème), Louise Cooper offre une vue critique du monde scientifique, mais son plus beau cadeau, c’est cette magnifique histoire d’amour qui m’a envoûtée et qui fait du Sacre de la Nuit un livre magique et renversant. Quelle tristesse de devoir par la suite retourner à la vie réelle !

Dactylologie mon amie

C’est l’hiver, et donc la période de virus en tous genres. Le mien s’appelle « dactylologie », j’ai été frappée mercredi soir, à la sortie du cours de LSF.

Dactylologie

J‘avoue que j’espérais qu’on y viendrait bientôt. Je connaissais déjà un peu, mais certaines lettres comme le « f » ou le « t » étaient assez difficile à distinguer. L’occasion mercredi de demander à Lilian, qui en professeur compréhensif, nous a fait et refait ces lettres en nous donnant des astuces pour bien savoir ou placer le pouce de façon à éviter les confusions. En guise d’exercice, une petite présentation de nous-même, en épelant notre nom. A-N-N-E-L-A-U-R-E. L’avantage c’est que quand j’ai commencé à me renseigner sur l’alphabet en LSF, j’ai eu le petit reflexe égocentrique d’apprendre mon nom par coeur. Là où je me suis faite remarquée (comme la semaine dernière, eh oui faut pas perdre les bonnes habitudes ^^) c’est en commençant à me présenter en signant comme une gauchère. Utiliser la main droite pour faire le geste qu’est censée faire la main gauche, et inversement (je sais pas si c’est clair mais c’est pas facile à expliquer par écrit). Quoiqu’il en soit, j’ai comme la semaine dernière eu quelques difficutés à coordonner ce que je voulais dire avec la manière dont mes mains le disaient. Mini-crise de nerfs quand Lilian me montre comment faire et que, pleine de détermination, je fais exactement l’inverse sans m’en rendre compte. Rires parmis les camarades (toujours compatissants emoticone), mais finalement la persévérance a fini par payer, même si 4 jours plus tard je ne sais plus vraiment quelle main fait quoi… C’est possible d’être droitière avec des tendances gauchères ? Ah oui, autre moment comique, c’est quand Lilian nous a appelé en épelant nos noms. Nous, super confiants, on le regarde faire avant d’afficher rapidement un air de « Kessiladit le monsieur ? » Beh oui, apprendre la LSF c’est comme apprendre une langue étrangère, et des fois ça va vraiment trop vite ! Mais, forte de mon double « N » facilement reconnaissable j’ai su répondre au bon moment, ouf !

Mais quel rapport avec le virus me direz-vous ? Eh bien c’est simple, depuis quelques jours, je suis prise d’une envie étrange d’épeler tout ce que je vois. Jeudi avant d’aller en cours, à peu près tous les meubles de l’A-P-P-A-R-T-E-M-E-N-T y ont eu droit, puis dans l’E-S-C-A-L-I-E-R avant d’arriver à la V-O-I-T-U-R-E. Une fois garée près du F-E-U-R-O-U-G-E en arrivant à l’U-N-I-V-E-R-S-I-T-E, je monte les M-A-R-C-H-E-S où je trouve une Jane pensive à qui je confie mon inquiétude naissante à ce sujet. Elle m’avoue alors être atteinte du même virus. C’est ainsi que, nous soutenant l’une l’autre dans cette dure épreuve emoticone nous avons mis à profit les deux heures de TD pour jouer au P-E-N-D-U en L-S-F. Le prof nous a bien jeté quelques regards perplexes mais on peut pas dire qu’on perturbait vraiment son cours, on faisait pas un bruit emoticone En fait ce virus c’est un mal pour un bien, on va vite progresser à ce rythme-là !

 

 

 

shikamaru |
blog interdit au garcon |
mickael57 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jimcrocodile
| my word
| ddorian