Archive pour novembre, 2007

L’échec n’est pas la chute elle-même, mais le fait de rester à terre

En ce qui me concerne, à chaque chute (oui puisqu’en plus d’avoir deux mains gauches j’ai aussi deux pieds gauches, c’est pas facile à vivre), je me relève dignement. Si j’aborde ce sujet aujourd’hui, c’est parce qu’en ce moment… j’ai mal au c**! La raison, la voici. Hier soir comme tous les mercredis soirs, cours de LSF dans la joie et la bonne humeur. Enfin, pas trop de bonne humeur quand même vu que j’avais déjà chopé la honte la semaine précédente (va falloir surveiller, que ça devienne pas une habitude). Donc après l’épisode de la fraise que je n’arrivais pas à mimer et qui m’a valu une bonne galère (alors qu’en fait c’est pas si difficile mais on va dire que la semaine dernière j’avais un peu de mal), c’est le tour du tabouret.

signer

Bien entendu j’avais tout prévu pour ne pas re-choper la honte. J’me suis dit : « Je vais faire style que je m’assois sur une chaise mais en voulant m’appuyer je tombe parce qu’évidemment y’a pas de dossier ». Je m’avance donc plus ou moins confiante. Je précise quand même que la chute était censée être simulée. Ce que je n’avais pas prévu c’est mes petits talons qui n’offrent pas une très grande adhérence au sol (déjà que d’ordinaire je n’adhère pas beaucoup…). C’est bon vous visualisez la scène ? Je me penche en arrière, genre « oh non je tombeeuuuuu ! ». Ah ça pour tomber… J’ai senti le drame arriver quand mon talon droit a voulu échapper à mon contrôle. Heureusement j’étais près du mur, ce qui m’a évité une glissade-roulade-pirouette-salto arrière (oui bon j’exagère j’avoue). Je me suis retrouvée sur le c** pendant environ une demi-seconde avant de me relever et de sourire genre « J’ai fait exprès, vous avez vu comme je m’investis à fond ? ». J’en profite pour remercier les copines, Janick et Ophélie pour leur grande solidarité (qu’elles ont manifesté en se pliant de rire sur leurs chaises pendant 5 bonnes minutes). D’un côté je suis plutôt fière, c’était assez spectaculaire vu de l’extérieur paraît-il. Sur ce, Lilian a demandé qui avait laissé traîner une peau de banane, puis le prof de la salle d’à côté est entré en disant que tout le monde avait sursauté d’un seul coup et qu’il se faisait du soucis (beh ça en fait au moins un !). Ah monde cruel…

Georges Brassens

Moi j’ai pris la peine de m’y arrêter, dans le coeur d’Hélène moi qui ne suis pas capitaine. Et j’ai vu ma peine bien récompensée. Et dans le coeur de la pauvre Hélène, qui avait jamais chanté, moi j’ai trouvé l’amour d’une reine et moi je l’ai gardé.

Un gars, une fille

- Dis donc Chouchou, si y’avais des Olympiades du sexe, tu crois que j’pourrais gagner ?

- Oh ben oui, si c’est une épreuve de vitesse.

Joey – Téléphage

Vous avez pas la télé ?! Mais vos meubles ils sont tournés vers quoi ?

Josiane Balasko

J’ai fait un régime pendant deux semaines. Vous savez combien j’ai perdu ? Deux semaines !

Trop d’émotions

Dr.Cox – If you use the words « emotional rollercoaster » I’m O.U.T.

J.D.- Deal. I just feel like I’m on this like emotional… ride of some sort…

Dr.Cox – Oh no…

*********************

Dr.Cox – Si tu utilises les mots « grand-huit emotionnel », je dégage.

J.D.- D’accord. Je me sens comme si j’étais sur un… une sorte de manège…

Dr.Cox – Oh non…

Fierté paternelle

Dr.Cox – I’m sure there’s… someone… somewhere… who would be proud to call you their son.

J.D.- Would you be proud to call me your son ?

Dr.Cox – This conversation’s over.

*********************

Dr.Cox – Je suis sûr qu’il doit y avoir quelqu’un… quelque part… qui serait fier qe tu sois son fils.

J.D.- Vous seriez fier que je sois votre fils ?

Dr.Cox – Cette conversation est terminée.

Pushing Daisies… en musique

Mon grand hobby c’est de regarder les clips de fan sur you tube, en voilà un avec une musique que j’aime et qui résume assez bien l’esprit de la série.

Image de prévisualisation YouTube

Pushing Daisies

Pushing Daisies

Série évènement de la rentrée et dernier « bébé » du producteur Bryan Fuller, cette série fantastique et originale fait un tabac chez nos amis américains. Comme c’est assez difficile à résumer et que je ne voudrais pas en dire trop, je voule livre le synopsis d’Allociné.com :

« Depuis l’enfance, Ned sait qu’il a un don un peu spécial. Il peut, très brièvement, ramener les gens à la vie. Adulte, il est devenu un fantastique pâtissier passant son temps libre à aider son seul ami, un détective privé, dans ses enquêtes. Ramener à la vie des victimes peut en effet être utile. Mais le jour où Ned ressuscite son amour d’enfance et que cette dernière reste « vivante », tout se complique : s’il venait à la toucher une nouvelle fois, elle partirait définitivement… »

Les nombreux fans se réjouissent déjà d’apprendre que la chaîne américaine a commandé une saison entière de 22 épisodes. On espère que cette jolie série ne subira pas le même sort que sa grande soeur  » Dead like me », annulée au bout de deux saisons sans véritable fin, d’ailleurs j’en profite pour dire ma demi-joie après avoir appris qu’un long métrage de DLM est prévu pour donner aux fans le final attendu. Je dis demi-joie car le personnage de Rube, interprété par Mandy Patinkin, sera remplacé par celui de Henry Ian Cusick (le Desmond de « Lost »), et là je proteste parce que pour moi DLM sans Mandy c’est plus DLM! Mais c’est quand même une bonne nouvelle alors je ne vais pas dire de mal au risque de nous porter la pouasse hein…

Pour revenir à « Pushing Daisies », on y reconnaît bien l’univers de Bryan Fuller. Au fait, si vous avez un problème avec la mort ou si ça vous choque d’en parler ou de la « banaliser » ou de voir des visages de gens écrabouillés par un sabot de cheval ou à moitié grignotés par un rottweiler, abstenez-vous car la grande qualité de cette série c’est sa capacité à parler de situations pas réjouissantes dans un univers haut en couleur, qui n’est pas sans rappeler celui de « Big Fish » par l’excellent Tim Burton. On pourrait lui reprocher son côté fleur bleue, vu que les amoureux se font constamment les yeux doux sous le regard frustrés des fans. Mais c’est aussi de là que vient son charme, et puis frustrer le public ça marche (pour preuve Booth et Brennan qui se tournent autour depuis trois saisons dans « Bones »).

Que dire d’autre sinon « Regardez! » dans la rubrique prévue à cet effet.

shikamaru |
blog interdit au garcon |
mickael57 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | jimcrocodile
| my word
| ddorian